Malte – 1940-1943 – Seconde Guerre mondiale

1940 – L’envahisseur surgit par les airs.

Le 10 juin 1940, l’Italie déclare la guerre à l’Empire britannique et à la France.

Dès le 11 juin : nouvelle invasion de l’archipel maltais ; par le ciel cette fois. Les premières bombes italiennes sont larguées sur Malte ; la région portuaire de La Valette sera particulièrement visée.
Dans l’urgence, les Maltais vont se déplacer massivement vers le nord de l’île. Ils vont se réfugier dans les multiples grottes utilisées il y a des milliers d’années par les premiers hommes sur l’archipel et y vivre jusqu’à la fin du conflit.

1941 – Allemagne et Italie se joignent pour bombarder Malte.

A partir de novembre 1941, Malte – principale base alliée sur la route des convois de l’Axe destinés à ravitailler l’Afrika Korps – sera soumise à des bombardements quotidiens et à un blocus. L’acharnement des forces de l’Axe sera terrible.

1942 – Des renforts qui n’arrivent pas.

Les convois d’approvisionnement sont détruits, les uns après les autres. Les deux seuls navires ayant pénétré dans le port de La Valette y sombrent.
Début 1942, Malte semble perdue. Le siège s’est transformé en un blocus total : la Royal Navy manque de carburant (nefs restant au port et aéronefs cloués au sol) ; la population résidant dans les cités autour du Grand Port commence à souffrir de famine. Malte est sur le point de se rendre.

En avril, les bombardements n’ont jamais été aussi intensifs. En juin, d’autre convois échouent ; toujours pas de carburant ni de ravitaillement pour Malte. Malte perdue ? Presque ; oui, presque…

L’Histoire se répète parfois (comme lors du Grand Siège de 1565 et l’arrivée du Grand Soccorso) : le matin du 15 août 1942, un convoi maritime de ravitaillement entre dans le Grand Port.

15 août 1942 : Opération PEDESTAL

Le pétrolier Ohio réussit à atteindre le port de La Valette.

Arrivée vitale pour Malte et la Royal Navy : du carburant et des vivres. Sa cargaison et celle des navires l’accompagnant représentaient trois mois de réapprovisionnement. Insuffisante cargaison certes, mais elle permettait à l’archipel maltais de reprendre son souffle et de se redresser ; et aux forces de la Royal Navy de poursuivre les combats.

L’arrivée dans le port est un exploit pour ce pétrolier, quand on sait qu’il reçut sept coups directs et près d’une vingtaine d’atteintes de forte proximité et qu’il perdit l’usage de ses moteurs. Il doit son « arrivée à bon port » à une escorte de trois destroyers et de plusieurs remorqueurs. Deux d’entre eux le prendront en tenaille sur les flancs pour pénétrer dans le port.

Photo : Arrivée de SS OHIO dans Grand Harbour (source Wikipedia).

En savoir plus sur l’opération Pedestal… Compilation Wikipedia

1943 – Roosevelt, Churchill et George VI ; l’Opération HUSKY.

En juillet 1943, les salles d’opérations de guerre de La Valette ont servi de QG allié d’où le général Eisenhower et son commandement suprême ont préparé l’opération Husky (*) d’invasion de la Sicile. Invasion qui avait pour buts, entre autres, de faire diminuer les raids aériens au-dessus de Malte et de préserver la flotte alliée en Méditerranée. C’est de ce QG à La Valette qu’ont été planifiées et organisées d’autres opérations offensives d’importance vitale, notamment à partir de juillet et jusqu’en novembre 1943 (El-Alamein, Tunis…) et surtout, « Husky » qui entraînera la capitulation italienne, le 8 septembre 1943.

(*) Husky : « L’opération Husky est le nom de code donné au débarquement des troupes britanniques, américaines, française et canadiennes en Sicile, déclenché le . L’ouverture d’un « Second front » en Europe, si souvent réclamée par Staline à ses alliés occidentaux, devient alors réalité. » (source Wikipedia).

Malte & La Valette d’après-guerre

De nombreux résidents de la capitale s’étaient réfugiés loin de La Valette.
Après-guerre, le retour ne sera pas massif.

Avec le nouvel ordre mondial établi à la fin du conflit, l’importance stratégique de cette base navale et militaire est remise en question. Les Britanniques ont en outre perdu le contrôle du Canal de Suez. Des centaines d’employés des docks sont licenciés. Les arsenaux sont transformés en constructions navales de commerce et en ateliers de maintenance.

Si pendant le conflit, les antagonismes entre Britanniques et Maltais avaient été relégués au second plan, grèves et mouvements sociaux reprirent après guerre. Afin de réduire le chômage, on encouragea l’émigration (plus particulièrement au sein du Commonwealth : Australie, Canada, Royaume-Uni…). Entre 1948 et 1975, on assiste à une émigration de masse (environ 5000 migrants par an).

La question de l’indépendance de Malte avait également refait surface aussitôt après la guerre. En 1947, Malte accédait à une forme d’autonomie gouvernementale. Cette relative autonomie sera cependant révoquée en 1959.