L’historique Fort Saint-Elme, Malte

Faire article avec photos –
Actuellement, musée de la guerre
Mais ce fort, quelle histoire ! Notamment son rôle au début du Gd Siège

= faire référence à guide LA VALETTE, pages dédiées :

 

Repris du guide pas mis exactement comme cela dans le guide :

L’ensemble du site concentre des critères d’intérêt qui le rendent digne d’une grande estime :
histoire, génie militaire et science de la fortification…

L’ensemble est empreint de la résistance héroïque de ses défenseurs, lors des effroyables combats de 1565.

Enlevé – On ne peut comprendre « Saint-Elme » sans connaître son histoire et, surtout, celle du Grand Siège. Les quelques pages qui suivent retracent l’origine et l’évolution du fort, du XIème siècle au XXIème siècle.

Son aspect le plus fascinant est indéniablement son rôle dramatique au tout début du mémorable Grand Siège ottoman de 1565, lancé par Soliman 1er (Le Magnifique).

Les quelques pages qui suivent retracent l’histoire de Fort St-Elme : crucial point de défense, entre les deux ports, transformé au fil du temps en véritable forteresse.

Ainsi, vous comprendrez mieux :
son rôle de premier plan lors du Grand Siège de 1565,
son évolution jusqu’à la 2nde Guerre mondiale,
son nouveau « devenir » …
Après guerre, un fort délaissé –
La forteresse a été démilitarisée après guerre. Une partie a été utilisée pour la formation de la
Police Nationale et un petit espace réservé au Musée de la Guerre. Le reste du site était inoccupé.

Cette forteresse fondamentalement historique souffrait, depuis l’après-guerre, d’une réelle négligence et menaçait ruine. Ces images parlent d’elles-mêmes.

Depuis la fin des années 1970 cependant, on commença à envisager sa restauration. Dès lors, réflexions et projets se sont succédés…
Vers la métamorphose-
Depuis la fin des années 1970 cependant, on commença à envisager sa restauration…
Dans les années 2000, on a totalement repensé Saint Elmo, avec pour projet de le convertir en une « attraction » à usage culturel… et touristique.

Le terme attraction prend en effet ici un double sens : les prestations offertes ayant aussi pour but d’attirer les visiteurs vers cette extrémité de la capitale souvent ignorée par eux.
Le site devient un fort-musée, avec une muséographie du XXIe, permettant de faire dialoguer le présent avec le passé, et vice-versa.